LA GASTRONOMIE CORSE

La manière de manger reflète bien la civilisation d'un peuple ou d'une région et elle fait partie de son histoire intime. La première grande spécialité insulaire :

La charcuterie : 

Elle a ses lettres de noblesse. La charcuterie artisanale vaudrait, à elle seule, le déplacement quand elle est de la montagne, faite à partir de porcs en liberté qui ont couru la chataigneraie et la glandée et qui ont une viande ferme à fibres longues et serrées ; prisuttu, salcicciu, coppa, lonzu, figateddu..

Le fromage de chèvre ou de brebis :

Ne craignez pas l'aventure et préparez-vous à de véritables découvertes. Frais comme l'admirable brocciu ou bien fromage à pâte molle ou à pâte pressée, vous aurez l'embarras du choix, des plus doux aux plus corsés. Par leur puissante personnalité, ils vous réservent des rencontres mémorables.

Comment ne pas évoquer tout ce que la gastronomie Corse doit au châtaignier, l'arbre à pain des insulaires, même si la châtaigne correspond plus à la période hivernale. On dit qu'en Castagniccia, l'on servait traditionnellement, pour les mariages, vingt-deux mets différents à base de châtaigne. Malgré son insularité, la Corse n'est pas réellement un pays de pêcheurs, et le poisson n'y a jamais été une denrée très abondante. Sa principale qualité est sa fraîcheur. On n'oubliera pas les truites de torrents qui sont délectables. N'oublions ni les fruits de la côte ni ceux de la montagne (oranges et clémentines, pommes, prunes et poires). Ils ont gardé leur vrai goût de nature. 

Les vins :

Il y a aussi les vins. Les vins d'une île qui est entrée, avec les Grecs d'Aleria, il y a vingt-cinq siècles, dans la civilisation dionysiaque. Cette île, avec ses huit zones d'appellation d'origine controlée, offre une palette étonnante de terroirs, aux sols, aux climats et aux cépages extraordinairement diversifiés. 

Commencez, impérativement, par l'un de ces tendres muscats du Cap Corse, continuez avec le blanc délicat du cépage Vermentino, poursuivez avec les rosées et les rouges , des cépages Nielluccio et Sciaccarellu et terminez avec une liqueur de myrte ou de cédrat.

Au restaurant ou sur les routes des vins, chez les vignerons, dégustez nos crus insulaires. Eux aussi ont quelque chose à vous dire de notre âme.

L'huile d'olive :

L'olivier est cultivé en Corse depuis la plus haute antiquité. Vous la retrouverez souvent dans les spécialités de la région.

Les miels :

Les cent mille fleurs du maquis offrent des nectars multiples qui donnent un miel aux sucres et parfums toujours différents.

(aci-multimedia.net)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site