SAMPIERU CORSU

sampieru-corsu01.jpg

500 ANNI A TEMPI D'OGHJI, NASCIA SAMPIERU CORSU...

San Peru hè natu u 23 di maghju di u 1498 in una torra di u vechju tarzeru di i Duminicacci in Bastelica. Apparentatu cù a famiglia d'Ornano, a so zitellina campagnola fù un andà è vena, sicondu i bisogni di u bestiamu, trà Santa Maria d'Ornano (oghji Sicchè) à Bastelica. A l'età di quaranta setti anni spusedi a so cucinella Giovannina chjamata dopu Vannina D'Ornano, più ghjovanaa di trenta dui anni. Di stu matrimoniu nascedinu dui masci è dui femini : Alfonsu, Anton Francescu, Franchetta è Alfonsina. 

Ghjuvanottu, San Peru (San Pieru di Basterga, o Bastelga pà cuntrazzioni, sicondu u lucali) piglia a machja contr'à i genuvesi di a Banca di  San Ghjorghju patrona di l'isula, po scappa anch'ellu in esiliu cun numarosi cumpaisani. Imbiziosu à sinceru tinia à a Corsica più cà i so propii imbizioni. Subitu stimatu diventa in pocu tempu cunduttieru è culinnellu à un serviziu : prima di Ghjuvanni di Medicis in Firenza, dopu di i Rè di Francia Francescu I è Arrigu II. Tamantu accanimentu à vulè sempri circà alliati pà libarà a so Patria è tamanta stumachiccia davant'à u periculu li facinu valè u cugnomu di Sanpiero Corso (scrittu dopu Sampiero Corso for' di l'isula, Sampieru Corsu in casa soia).

IL Y A 500 ANS NAISSAIT SAMPIERU CORSU...

San Peru est né le 23 mai 1948 dans une maison en forme de tour du vieux quartier de Duminicacci à Bastelica. Apparenté avec la famille d'Ornano, son enfance campagnarde fut un va-et-vient conditionné par les besoins de bétail, entre Santa Maria d'Ornano (aujourd'hui Sicchè) et Bastelica. A l'âge de quarante-sept ans il épousa sa petite cousine Giovannina appelée peu après Vannina d'Ornano, plus jeune de trente-deux ans. De ce mariage naquirent deux garçons et deux filles : Alfonsu, Anton Francescu, Franchetta et Alfonsina.

Jeune homme San Peru (San Pieru de Basterga, ou Bastelga par contraction selon la localité) prend le maquis contre les génois de la Banque de Saint-Georges patrone de l'île, puis se sauve à son tour en exil avec de nombreux compatriotes. Ambitieux et sincère, il tenait à la Corse bien plus qu'à ses propres ambitions. Très vite apprécié, il devient en peu de temps condottière et colonel au service d'abord : de Jean de Medicis à Florence, puis des rois de France François Ier et Henri II. Un tel acharnement à vouloir toujours chercher des alliés pour libérer sa patrie et une telle audace devant le danger, lui valent le surnom de Sanpiero Corso (écrit par la suite Sampiero Corso en dehors de l'île, Sampieru Corsu en Corse même).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×